Tartare d’algues

DSC_0470

Vous avez tous goûté aux algues au moins une fois dans votre vie, ne serait-ce dans les fameux makis. Et bien il existe de nombreuses autres manières d’en consommer et il serait dommage de s’en passer. Iodées, vitaminées, anti-oxydantes et riches en nutriments, les algues sont également de véritables petites bombes gustatives !

Tentant, le tartare d’algues n’en reste pas moins un produit de luxe pour quiconque a déjà voulu s’en procurer en magasin… Pas d’inquiétude ! Comme vous me paraissez sympathiques je me dévoue pourvuement pour vous pourvoir l’occasion d’en réaliser un chez vous, par vous, pour vous, pour vous pourvoyer et pour voir votre pouvance culinaire pourfaite.

(…)

Ok ok…

A vos bachis et marinières pour cette escapade hors des Terres !

INGRÉDIENTS :

  • 25 g de mélange d’algues en paillettes « salade du pêcheur » (mélange tout prêt de dulse, de laitue de mer et de nori) OU algues déshydratées ou fraîches au choix (Wakamé, laitue, Nori,…)
  • 1/2 oignon rouge ou 1 petite échalote
  • 1 gousse d’ail (ou 2 si vous souhaitez accentuer le côté relevé et piquant)
  • 2 càs d’huile de première pression à froid au choix (olive, noix, macadamia,…)
  • Jus d’1/2 citron
  • Mélange 5 baies ou poivre
  • Aromates frais et épices au choix (facultatif)

ÉTAPES :

  1. Ciseler très finement l’oignon (ou l’échalote) et l’ail.
  2. Dans un récipient, mélanger tous les ingrédients ensemble. 
  3. Ajuster l’assaisonnement selon vos goûts.
  4. Réserver le tartare au réfrigérateur au minimum 1/2 h, le temps de laisser le tout mariner et de réhydrater les algues (si elles ne sont pas fraîches).
  5. A servir avec 1/2 avocat par personne ou des « Pains des fleurs », tartines, galettes, sandwichs,…

Etapes

DSC_0473

DSC_0468

Share Button

Makis 99,24% crus

DSC_0510

Après les makis traditionnels je vous invite à revisiter ce grand classique en version crue !

Bon, ok, les poireaux ont ici subi une petite cuisson à la vapeur de quelques minutes, d’où les 99,24%… vous pouvez vérifier, les calculs ont été faits, et si vous ne me croyez pas c’est dommage, mais vous finirez par céder parce que vous n’aurez pas le courage de vous lancer dans des maths insolites (vous avez déjà le courage de cuisiner, enfin vous n’avez peut-être que l’envie de cuisiner mais c’est déjà ça, donc rajouter des maths j’y crois moyennement). Mais peut-être suis-je en train de vous sous-estimer, peut-être ai-je même remuer en vous le féroce besoin de me prouver que j’ai plausiblement tort, que ce n’est pas à 99,24% cru mais à 99,27 ou 98,42… peut-être êtes-vous déjà en train de vous lancer dans des calculs interminables… peut-être… peut-être avez-vous passé cette intro insupportablement longue (parce qu’à la base vous êtes quand même venus ici pour cuisiner et non pour lire un texte à rallonge…) peut-être… peut-être devrais-je arrêter cette préface qui ne nous mène nulle part.

Oui, faisons cela. 

INGRÉDIENTS (pour 4-5 feuilles de nori) :

Pour le riz de chou-fleur :

  • 500 g de chou-fleur
  • 1 càs de vinaigre de cidre (ou de riz)
  • 1 càs d’huile de sésame (ou d’olive)
  • 50 g de graines de sésame
  • Sel (ou sauce soja ou tamari)

Pour le fromage végétal :

  • 125 g de graines de tournesol (ou de noix de cajou non grillées non salées)
  • 1 càc de sel
  • 4 càs de levure maltée
  • 3 càc d’oignon déshydraté
  • 1/2 càc de piment d’Espelette
  • 1/2 càc de paprika
  • 1 càc d’ail en poudre
  • 3 càs de 5 baies
  • 30 g d’huile de coco (désodorisée ou non, personnellement je trouve que le goût de coco avec les épices se marient très bien)
  • Eau

Pour la garniture :

  • Poireaux
  • Carottes
  • Avocats
  • Oignon rouge
  • Graines germées
  • Aromates frais (persil, coriandre, feuilles de céléri,…)

ÉTAPES :

Pour le riz de chou-fleur :

DSC_0475

  1. Mixer l’ensemble des ingrédients du riz de chou-fleur, jusqu’à ce qu’à l’obtention d’une texture homogène.
  2. Réserver.

Pour le fromage végétal :

DSC_0474

  1. Placer les graines de tournesol dans le mixeur (si vous avez opté pour les noix de cajou, les mettre à tremper dans de l’eau pendant 4 heures ou les couvrir d’eau bouillante et les laisser tremper pendant 10 min, puis les égoutter et les placer dans le mixeur) et ajouter toutes les épices. Mixer.
  2. Ajouter l’huile de coco fondue et de l’eau petit à petit jusqu’à obtenir une consistance de sauce, ni trop liquide ni trop épaisse. Ajouter au besoin des épices pour renforcer le goût qui a pu être atténué dû à l’ajout d’eau.
  3. Réserver.

Pour la garniture :

DSC_0481

  1. Préparer les poireaux et les faire cuire quelques minutes à la vapeur jusqu’à ce qu’ils soient tendres.
  2. Couper les carottes et les avocats en bâtonnets.
  3. Ciseler l’oignon rouge.

Pour le pliage :

Pour l’avoir fait je peux vous assurer que l’usage d’une natte n’est vraiment pas obligatoire, je n’ai eu aucun soucis à rouler les makis sans.

Etapes

  1. Disposer une feuille de nori et étaler le riz de chou-fleur en laissant une bande de quelques centimètres en haut.
  2. Disposer quelques « tranches de poireaux, du fromage végétal (en étant très généreux) et la garniture sur toute la longueur.
  3. Humidifier légèrement la feuille de nori en haut. Rouler le maki en prenant soin de bien serrer la garniture et continuer à rouler jusqu’à coller l’extrémité d’algue du haut (voir les photos étapes pour plus de clarté).
  4. Couper les rouleaux avec un bon couteau (je les ai coupés plus gros que pour des makis standards, pour une meilleure tenue).
  5. Tremper dans de la sauce soja ou le reste du fromage végétal (auquel on aura préalablement ajouté à nouveau de l’eau, pour une consistance plus liquide, ainsi que des épices, pour rééquilibrer le goût).

 

DSC_0518

DSC_0516

Share Button

Crousti purée de céleri et quinoa blond

DSC_0457

Nous sommes en hiver.

Si je voulais être plus précise je dirais que nous sommes en hiver depuis presque un mois.

Un mois donc de « j’ai faim », « j’ai froid », « je suis fatigué », « je sais pas pourquoi mais en ce moment j’ai la flemme de tout »… STOP !

Oui oui je vous vois derrière vos écrans en combinaison de pyjama panda cocoon, la bouillotte sur les genoux, les cheveux ébouriffés et surtout cette léthargie intense qui vous inonde et vous cloue à votre chaise. Qu’à cela ne tienne ! J’ai la recette qui ne vous prendra que très peu de temps et vous permettra de profiter pleinement du légume qui fait son beau sur les étalages de ce mois frisquet de janvier… le fameux céleri bien sûr ! On utilise ici toutes les parties de son corps pour faire du bien à toutes les nôtres. 

Allez, on se lève tranquillement, voilàààà, on va dans la cuisine, ooouuuiii, vous avez déjà fait la moitié du boulot, c’est pas beau ça ?

INGRÉDIENTS (pour 1 personne) :

  • 300 g de céleri branche
  • 80 g de quinoa blond
  • 2-3 tomates séchées
  • 1 càc de cumin
  • 1 càs de graines de fenouil

ÉTAPES :

  1. Préparer le céleri : détacher les côtes les unes des autres, puis les couper au ras des feuilles, les passer sous l’eau claire et les sécher soigneusement. Pour supprimer les fils, désagréables en bouche, peler chaque branche à l’économe. Réserver les feuilles de céleri à part.
  2. Si vous avez un multicuiseur, mettre votre quinoa dans la cuve avec de l’eau et déposer les 3/4 des branches de céleri dans votre panier vapeur. Lancer la cuisson. Sinon, faire cuire votre quinoa comme à l’accoutumée et les 3/4 des branches de céleri à la vapeur.
  3. Pendant ce temps, couper le quart restant des branches de céleri en tout petits cubes.
  4. Une fois le céleri cuit, le mixer avec les tomates séchées. Ajouter les petits cubes de céleri cru, quelques feuilles de céleri, le cumin et les graines de fenouil et mélanger le tout à la cuillère.
  5. Dresser votre assiette avec une couche de quinoa et la crousti purée de céleri au dessus. Bon appétit !

DSC_0440

qc2

DSC_0455

DSC_0454

 

Share Button
1 3 4 5 6 7 40